Voici pourquoi il est important de mettre la graisse à sa place.

December 11, 2018 Brendan Ellingham

La graisse exerce sans répit une pression considérable sur les réseaux d’égouts. Pour les propriétaires de restaurants, les effets sont encore plus marqués puisque la graisse peut entraîner des refoulements d’égouts onéreux qui nuisent à la santé de leur entreprise. Quelle est donc l’ampleur du problème posé par les gras, les huiles et la graisse (les GHG)? Eh bien, c’est un problème beaucoup plus gros, ou devrait-on dire plus « gras », qu’on peut l’imaginer.

Un bon exemple : dans l’est de Londres, une masse de graisse et de saletés longue de 230 mètres et pesant 130 tonnes, qualifiée de « monstre de gras », a obstrué un vieux tunnel datant de l’époque victorienne. À titre de comparaison, l’amas était presque aussi lourd qu’une baleine bleue. On a vu des situations similaires se produire également aux États-Unis. Ainsi, d’après un article de la revue Crain’s New York Business, entre 2011 et 2016, la ville de New York a récolté un total époustouflant de plus de 15 000 constats d’égouts bouchés à cause de la graisse. Dans le seul arrondissement de Queens, 85 % de tous les blocages étaient dus aux GHG, avec une moyenne de 3 blocages signalés quotidiennement. Une situation qui évidemment pèse lourd sur les coffres de la ville, lui coûtant 15,5 millions uniquement en 2016.

 

Sans surprise, on a réalisé que les établissements de restauration constituent la cause première à l’origine du problème. Aux États-Unis, un restaurant avec service complet de taille moyenne rejette chaque année environ 16 000 lb de GHG dans le réseau des eaux usées. Imaginez, lors d’une soirée typique où l’on sert 150 repas, de 16 à 20 lb de graisse sont larguées dans les canalisations de la cuisine. On a constaté une concentration de GHG dans les eaux usées variant entre 1000 mg et 2000 mg par litre, nettement au-delà des limites gérables de la plupart des usines de traitement de l’eau. Pour éviter les bouchons et respecter les limites prescrites, la quantité de GHG dans les eaux usées devrait demeurer sous les 200 mg par litre.

 

En théorie, la solution est simple : il suffit de ne plus déverser de graisse dans les canalisations. Dans le passé, c’était plus facile d’en parler que de le faire, alors qu’aujourd’hui, grâce aux progrès technologiques, des solutions pratiques sont de plus en plus accessibles.

 

En effet, les intercepteurs de graisse hydromécaniques (IGH) Endura permettent l’élimination efficace des GHG des eaux usées. Le calcul de la taille correcte d’un IGH se révèle d’une importance capitale pour assurer un rendement adéquat. Les nouvelles normes émises par la American Society of Plumbers and Engineers (ASPE) ont mis au point une méthode plus exhaustive de détermination de la taille de l’IG requis. On recommande maintenant de considérer un certain groupe de facteurs dans le but d’offrir aux restaurants des conseils plus justes en matière du choix de la taille : le nombre de repas servis, si les repas sont servis sur place (d’où la nécessité de vaisselle) ou s’il s’agit d’un établissement de mets à emporter, ainsi que le type de cuisine. On doit nettoyer régulièrement tout IG de la graisse qu’il a accumulée. La fréquence à laquelle la graisse doit être éliminée varie selon le modèle de l’unité et les codes locaux, l’intervalle maximal étant habituellement de quatre-vingt-dix jours.

 

Depuis quelques années, on est témoin d’un appétit pour les IGH à capacité et à rendement supérieurs qui offrent généralement un débit nominal de 75 gallons ou plus par minute, ainsi qu’une capacité de stockage de graisse qui atteint le double de celle des IG traditionnels à haute capacité. Ils constituent une excellente solution de rechange pour les établissements de restauration à haute production de graisse, qui nécessitaient auparavant un intercepteur de graisse par gravité (IGG), un type d’appareil beaucoup plus volumineux qui occupe évidemment beaucoup plus d’espace.

 

De nos jours, les IGH Endura allient rendement supérieur et haute capacité, tout en économisant considérablement plus d’espace que les IGG. De plus, la capacité accrue d’un IGH peut prolonger la période de temps entre les nettoyages de graisse accumulée, un sérieux avantage pour la cuisine d’un restaurant très fréquenté.

 

*** Promotion d’appli ***

 

Gestion de la graisse EnduraMD est heureuse de vous offrir la Calculatrice Endura pour vous faciliter la tâche du dimensionnement de l’intercepteur de graisse dont vous avez besoin. La calculatrice emploie une méthode de dimensionnement à deux étapes qui permet le calcul juste de la taille d’un intercepteur selon le débit calculé ou le facteur d’évacuation, de même que l’optimisation de la fréquence d’entretien. Le calcul de la fréquence d’entretien est fondé sur les critères de conception largement admis de l’ASPE qui veillent à son uniformité et sa pleine acceptation. La calculatrice comprend en plus des outils rapides et pratiques qui permettent le calcul de la fréquence d’entretien des installations déjà en place.

Les normes prescrites en matière de rendement des intercepteurs de graisse varient d’une région à l’autre. Afin de garantir le respect des exigences, il importe de consulter les codes locaux avant de choisir un produit.

 

Lien d’Endura vers le calculateur : http://enduracalculator.com/#/termsOfUse?country=cad

Previous Article
L'installation d'un séparateur de graisse dans la boulangerie Cookie It Up facilitée grâce à Endura
L'installation d'un séparateur de graisse dans la boulangerie Cookie It Up facilitée grâce à Endura

Installer un intercepteur de graisse de 25 GPM dans un espace restraint.

Next Article
Êtes-vous en mesure de maîtriser les GHG?
Êtes-vous en mesure de maîtriser les GHG?

Jusqu’à récemment, le comté de Miami-Dade avait les mains pleines de graisse.