Ce qu'il faut savoir au sujet de la certification CSA

August 15, 2019 Brendan Ellingham

Depuis près d'un siècle, l'Association canadienne de normalisation, aujourd'hui le Groupe CSA, élabore des normes en matière de sécurité et procède à la certification de produits. Au cours des ans, elle a développé une solide tradition qui consiste à veiller à ce que les fabricants, les détaillants et, au bout du compte, le public en général, puissent se fier à la sécurité des produits et de l'équipement qu'ils utilisent. Depuis ses débuts en élaboration de normes pour les ponts ferroviaires et la sécurité des installations électriques, elle a considérablement élargi son champ d'activité. À l'heure actuelle, les normes du Groupe CSA, reconnues à l'échelle mondiale, couvrent un vaste éventail, en constante évolution, de plus de 60 catégories.

Dans le domaine de la plomberie, le Groupe CSA fait l'essai de produits afin de les certifier selon des normes nord-américaines. Sa mission demeure d'abord et avant tout la protection du public, comme en témoigne son emploi des normes de la National Sanitation Foundation (NSF) dans le domaine de l'eau potable et sa vérification pour faible teneur en plomb. De plus, de nouvelles exigences, provenant à la fois des consommateurs et des organismes de règlementation, ont mené à l'inclusion de facteurs comme l'efficacité énergétique et l'utilisation de l'eau.

En Amérique du Nord, tous les produits de plomberie qui entrent en contact avec l'eau potable, ainsi que ceux employés dans la préparation des aliments, doivent se conformer à un ensemble de normes établies par le Groupe CSA, l'American Society of Mechanical Engineers (ASME), le American National Standards Institute (ANSI) et la NSF. La tuyauterie, qu'elle soit de plastique ou non, est homologuée par la CSA afin de satisfaire aux normes CSA, ASTM, celles de l'American Water Works Association (AWWA), de même qu'aux normes NSF/ANSI 14 et NSF/ANSI 61.

Contrairement aux produits de plomberie, nul n'est autorisé à mettre en vente un article de type électrique sans homologation CSA.

Habituellement, la plupart des accessoires, raccords et pièces de tuyauterie qu'on peut rencontrer ont reçu la certification CSA. Toutefois, il convient de rappeler que cette situation ne s'applique pas nécessairement à la vente. Qu'on l'apprenne à ses dépens ou par l'entremise d'un inspecteur en bâtiment, une telle découverte peut s'avérer coûteuse. On entend souvent des histoires de rénovations où des pièces ont été achetées, installées et mises en service sans finalement recevoir l'approbation de l'inspecteur. Ce dernier recherche en premier lieu le tampon ou l'étiquette de la CSA, sinon le sceau d'un certain nombre d'autres organismes de certification, comme les Underwriter’s Laboratories, l'American National Standards Institute ou l'International Association of Plumbing and Mechanical Officials.

Souvent, ce sont les produits de contrefaçon ou ceux provenant de l'étranger qui sont offerts à la vente sans aucune forme d'homologation usuelle. La CSA recommande donc aux acheteurs une vigilance constante lors de leurs vérifications. Il faut se méfier, en outre, des produits étonnamment peu coûteux ou de ceux qui affichent des anomalies en matière d'étiquetage, comme les erreurs d'orthographe ou de grammaire. Si vous recherchez le sceau de certification de la CSA, vous augmentez les chances que votre installation obtienne l'approbation de l'inspecteur.

La CSA a aussi conclu un partenariat avec WaterSenseMD, un programme parrainé par l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA) qui se consacre à la promotion et à l'amélioration de l'utilisation rationnelle des ressources en eau. Que vous soyez un bricoleur affairé à légères rénovations ou un installateur professionnel responsable envers une clientèle, l'achat de pièces affichant le sceau WaterSenseMD constitue un choix à la fois économique et écoresponsable.

 

Previous Article
L'ABS ou le PVC : lequel remporte la palme?

No More Articles