Les conduites d'égout endommagées provoquent l'inondation des sous-sols

August 15, 2019 Brendan Ellingham

Les canalisations d'égout peuvent présenter des fuites. En effet, si vous avez déjà subi un sous-sol inondé, vous savez jusqu'à quel point l'épreuve peut être désagréable. Les eaux d'orage et les eaux souterraines, qu'on désigne souvent par les termes captage et infiltration, s'insinuent dans les conduites non étanches pour surcharger les tuyaux et ainsi provoquer des refoulements. Les changements climatiques génèrent un nombre croissant d'incidents de pluie abondante accentuant la pression sur un réseau déjà vulnérable.

Bien qu'on pointe du doigt avant tout les fissures dans les conduites, la présence de telles fissures repose sur des causes souvent évitables. Le Ministère de l’Environnement et les Normes provinciales de l'Ontario ont établi des protocoles qui encadrent l'installation des tuyaux menant aux conduites d'égout. Mis à part le choix approprié de tuyaux, l'assise et le remblayage se révèlent être d'une importance cruciale. On doit spécifier un remblayage correct qui, en plus d'éviter d'endommager les tuyaux ou les joints, n'entravera pas d'éventuels travaux de pose de ruban ou de nettoyage et ne créera pas une pression qui pourrait limiter le débit du tuyau. De plus, on doit effectuer le dépôt du remblayage de façon à ne pas nuire à l'alignement de la conduite.

Toutefois, les normes elles-mêmes peuvent créer une certaine confusion. Ainsi, le tuyau menant à l'égout relève de la responsabilité d'une de deux autorités distinctes selon son emplacement par rapport à la limite de la propriété. La partie du tuyau qui court entre le drain du domicile et la limite de la propriété doit se conformer aux normes établies par le Code du bâtiment de l’Ontario et est sous la responsabilité du propriétaire du terrain. Cependant, la section de tuyau située au-delà de la limite de propriété relève du ressort des services de l'ingénierie, dont les normes ne sont néanmoins pas appliquées de manière cohérente. En 2015, une courte enquête a révélé que dans 73 % des cas, aucune inspection n'avait été faite sur les embranchements privés, c'est-à-dire les sections de tuyau menant des édifices ou des résidences aux conduites d'égout.

De façon générale, ce n'est que lorsqu'il est trop tard que les propriétaires constatent la piètre qualité de l'installation ou du rendement de leur tuyauterie. Que le problème se limite à un seul terrain, qu'il affecte le voisinage immédiat ou que le réseau en entier soit surchargé, le résultat est toujours un refoulement qui peut mener à une situation coûteuse, pénible et non hygiénique. Par contre, un clapet antiretour homologué peut prévenir le refoulement des eaux usées à l'intérieur d'une résidence.

En fait, le clapet antiretour veille à ce que l'eau ne puisse couler que vers l'extérieur. Lorsqu'un blocage se produit quelque part dans le réseau d'égouts ou lorsqu'une pluie abondante mène à la surcharge du système, les eaux usées remontent automatiquement vers la résidence. Sur le clapet, un dispositif de flottaison s'élève alors pour empêcher les eaux usées de remonter au-delà de la vanne et ainsi protéger la santé des résidents, en plus d'assurer la sécurité des biens logés au sous-sol et de préserver de façon significative la tranquillité d'esprit du propriétaire.

À l'heure actuelle, si certaines municipalités exigent la pose de clapets antiretour lors de la construction, la plupart les recommandent fortement. Le coût de l'installation varie considérablement selon le moment où l'on exécute le travail. Si la pose a lieu pendant la construction elle-même, le boulot demeure simple et ne coûte que 200 $ approximativement. Par contre, dans le cas d'une modernisation d'une maison déjà construite, l'ampleur et les coûts des travaux s'accroissent. De préférence, on effectue l'installation avant la finition du sous-sol. Afin de réserver de l'espace pour le dispositif, on doit creuser dans le sol une tranchée d'une largeur d'environ un mètre et d'une longueur qui varie selon la disposition de la tuyauterie et la construction de la maison. Dans un sous-sol non aménagé, le coût d'un tel projet, oscillant entre 1000 et 2000 dollars, correspond en tout point à une « dépense à contrecœur » dans l'esprit du propriétaire moyen. Par contre, particulièrement pour les habitants de zones à haut risque d'inondation, l'investissement en vaut probablement la peine.

Previous Article
Comment empêcher ceci... d'abîmer cela?

Next Article
Les 7 étapes du bon entretien votre clapet antiretour